Sélectionner une page
Comment peut-on apprendre à parler en public ?

Comment peut-on apprendre à parler en public ?

Apprendre à parler en public : quand la rhétorique était enseignée à l’école

Saviez-vous qu’apprendre à parler en public était possible à l’école, en France, jusqu’en 1902 ?

C’était ce qu’on appelait les classes de rhétorique. 

Dans ces classes, les élèves de lycée apprenaient des techniques et pratiquaient des exercices pour produire leurs propres discours. Elles ont été supprimées dans l’enseignement au début du XXe siècle.

Cela fait donc presque 120 ans que nous n’apprenons plus l’art de bien parler.

C’est pourquoi nous sommes tous une majorité à penser que ceux qui s’expriment avec éloquence serait doués d’un talent inné.

Or parler en public est une compétence qui s’apprend.

Théâtre antique

La rhétorique, ou l’art de bien dire pour persuader et convaincre, est une discipline qui a été théorisée en Grèce antique. A l’époque de la démocratie athénienne, elle faisait partie des 7 arts à maîtriser dans un parcours scolaire.

La rhétorique était enseignée à l’école jusqu’en 1902. L’Etat français a supprimé cette matière pour des raisons idéologiques et politiques. L’art oratoire était perçu comme aristocratique, trop élitiste et formaté. 

Ce phénomène ne s’est pas observé dans d’autres pays comme les Etats-Unis ou l’Angleterre où la culture de l’oral a été préservée. Ce qui explique pourquoi les Anglo-saxons sont souvent plus à l’aise en prise de parole en public que les Français !

Aujourd’hui l’Education Nationale se ré-intéresse à l’importance d’apprendre à parler en public avec la réforme du lycée et la mise en place d’un Grand Oral au Bac.

On comprend facilement pourquoi : la capacité à s’exprimer et exposer ses idées à l’oral est une compétence essentielle aujourd’hui pour la vie professionnelle, citoyenne et sociale. 

Ci-dessous, vous pouvez retrouver une vidéo dans laquelle j’interviens pour parler de ce sujet avec Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale.

Prendre la parole : à la fois un art et un sport

Apprendre à parler en public ne se résume pourtant pas à l’analyse et à l’écriture de discours. L’art oratoire se pratique aussi comme un art et un sport. En ce sens, il est cousin du chant, du théâtre et de la danse.

Comme tout art, il comprend de la technique et de la pratique. Apprendre à parler en public, c’est comme apprendre à chanter. Vous pensez peut-être qu’il y a des gens qui sont doués pour bien chanter mais c’est surtout une aptitude qui se travaille !

“Le talent c’est 1% d’inné et 99% de travail”.

…comme le disait Gata Kamsky, célèbre joueur d’échecs.

Comme tout sport, l’art oratoire est une discipline du corps. Le corps est l’outil principal de l’orateur ou de l’oratrice. Par le regard, la posture et la voix, il ou elle incarne son propos. 

Le corps est un moyen d’expression. Deux personnes peuvent avoir exactement le même texte, c’est la manière dont chacune le dira avec son corps, son intonation et ses gestes, qui produira une réelle différence.

L’art oratoire ne doit pas donc pas se penser comme une discipline purement cérébrale ou scolaire dans laquelle il suffirait d’écrire son discours, l’apprendre et le réciter. 

L’art oratoire est un sport qui se pratique comme tel. Il faut s’entraîner à l’oral, répéter à l’oral, saisir les occasions de pratiquer en se portant volontaire pour faire des présentations ou des discours par exemple.

Homme sur scène

Et concrètement, comment apprendre à parler en public ?

La meilleure manière d’apprendre à parler en public est de pratiquer. En prenant la parole régulièrement devant les autres, vous accumulerez de l’expérience qui vous permettra de gagner progressivement en confiance et en aisance. Votre corps mémorisera aussi l’attitude à adopter quand vous prenez la parole en public, l’intonation, les gestes et le regard.

Mais il ne suffit pas uniquement de pratiquer car comme en sport, si vous avez la mauvaise technique et que personne ne vous le dit, vous risquez d’ancrer de mauvaises habitudes à votre détriment.

Qui ne connaît pas des personnes autour de soi qui ont l’habitude de parler en public et qui adorent parler mais ne parlent pas bien ? Leurs propos sont trop longs, répétitifs et déstructurés.

“Il est plus facile d’apprendre que de désapprendre.” (proverbe anglais)

C’est pourquoi il est important que vous puissiez avoir des retours et des critiques constructives sur vos prestations orales. Et c’est là que les choses se compliquent… car bien souvent, votre public n’osera pas vous faire de retour sur ce sujet. Et vos amis et votre famille sont biaisés parce qu’ils sont proches de vous ou ne sont pas experts de la question.

Prendre des cours est le meilleur moyen d’apprendre à parler en public et de progresser rapidement car :

  • vous n’avez pas besoin de chercher des occasions de pratiquer : les cours vous permettent de le faire devant les autres à un rythme régulier !
  • vous pouvez avoir des retours sur vos prestations : à la fois de la part des autres qui vous partageront leurs impressions mais aussi de la part du professeur qui pourra vous faire un retour technique et vous donnera la solution pour vous améliorer.

Voici ci-dessous un aperçu de ce à quoi un stage de prise de parole en public ressemble.

L’art oratoire : une discipline qui se démocratise

Si dans le passé, seuls les dirigeants, managers et hommes politiques avaient le luxe de se faire coacher pour atteindre leurs objectifs, aujourd’hui, cela se démocratise de plus en plus. 

On peut se faire coacher pour apprendre à parler en public, pour progresser dans sa carrière et pour développer sa confiance en soi de manière générale.

C’est d’ailleurs ce que je trouve le plus formidable dans le fait de prendre la parole en public. Ce n’est pas une compétence qu’on devrait acquérir, juste de manière utilitaire. C’est une compétence qui permet aussi de se développer personnellement et professionnellement en tant qu’individu.

Alors oui, s’exprimer avec aisance à l’oral, développer sa capacité à convaincre et à défendre ses idées, cela s’apprend… et il n’est jamais trop tard pour commencer !

 

Pour résumer : 

  1. La difficulté à prendre la parole en public peut s’expliquer par la culture de notre pays
  2. Prendre la parole en public est une compétence qui s’apprend comme lire, écrire ou n’importe quelle autre compétence qu’on pourrait enseigner à l’école !
  3. Comme tout art et sport, c’est l’alliage de la technique et de la pratique qui fera de vous un bon orateur ou une bonne oratrice
  4. Votre attitude à l’oral est plus importante que le contenu de ce que vous dites et nous négligeons trop souvent l’importance du corps dans la prise de parole
  5. La manière la plus rapide d’apprendre à parler en public est de trouver des cours où vous pourrez à la fois pratiquer et avoir un retour constructif sur vos interventions

Si vous voulez en savoir plus sur les cours de prise de parole en public proposés par Ad Maiora, vous pouvez essayer un premier cours gratuitement, consulter ma pédagogie et me contacter directement.

Comment se mettre en valeur professionnellement

Comment se mettre en valeur professionnellement

L’art de se mettre en valeur professionnellement

Se mettre en valeur professionnellement est un art qui s’apprend. Et lorsqu’on a pas forcément les codes pour le faire, on peut se sentir lésé ou freiné dans son évolution professionnelle. Cet article vous partage quelques conseils pour que, vous aussi, vous puissiez mettre toutes les chances de votre côté.

J’aimerais vous raconter l’histoire de Clara à titre d’exemple.

L’histoire de Clara

Clara était tradeuse en 2013. Elle travaillait en binôme avec Jules, un autre trader junior. Un jour, Jules et elle ont été chargés d’exécuter une très grosse opération. Dans ce genre de situation, le travail demandé est très intense. Ce sont des coups de fil toute la journée avec des dizaines d’interlocuteurs, beaucoup de concentration et aucune pause. Mais grâce à leur travail d’équipe, l’opération fut un succès !

Le soir, lorsque leur chef revient, il demande : “Alors comment ça s’est passé ?”. Spontanément, son collègue Jules se lève et commence un débrief enthousiaste auprès de son chef. Il décrit avec précision tout le travail qu’ils ont accompli. Pendant ce temps, Clara, occupée au téléphone, reste assise. Elle les regarde discuter en souriant, elle-même très fière de leur travail. 

Mais ce qui se passe l’étonne tout d’un coup. Son chef, ravi de cette nouvelle, finit par féliciter vivement Jules comme s’il était responsable de ce succès : “Bravo Jules, tu as vraiment assuré aujourd’hui. Continue comme ça, c’est bien !”. Il l’oublie complètement alors que tous les deux avaient travaillé ensemble à égalité sur le projet.

A la fin de la journée, Jules avait réussi à se mettre en valeur professionnellement alors que Clara en avait raté l’occasion.

Quelles sont les trois leçons intéressantes à tirer de cette histoire ?

1) Il ne suffit pas de savoir-faire, il faut aussi faire-savoir.

Réunion en entreprise

Dans cette situation, Jules est celui qui s’est porté volontaire pour faire le compte-rendu auprès de son supérieur hiérarchique. Il a ainsi pu se mettre en valeur professionnellement.

Clara aurait mieux fait de mettre en pause son appel pour être également présente devant son chef et prendre l’initiative du débrief.

Son silence l’a rendue invisible.

Dans le monde du travail, il ne suffit pas de bien faire son travail. Souvent les gens n’ont pas le temps de regarder de près ce que vous faites. Ils ne s’en rendront compte que si vous le valorisez à l’oral.

Et c’est ainsi que les personnes qui s’expriment en réunion et sont volontaires pour prendre la parole en public finissent par progresser plus rapidement que les autres dans leur carrière.

Celui qui prend la parole se rend visible.

Mais bien souvent, nous n’osons pas être cette personne car c’est difficile. Cela nous demande des efforts, il faut se préparer, affronter le regard des autres et on préfère souvent que ce soit quelqu’un d’autre qui le fasse.

Pourtant, gardez en tête que celui qui se porte volontaire pour prendre la parole est celui qui représente le travail réalisé. 

Prendre la parole en public n’est pas une corvée, c’est une opportunité. 

L’opportunité de vous lever pour défendre vos idées, votre travail et partager vos fiertés. 

Ne laissez jamais quelqu’un d’autre s’approprier ce que vous faites.

2) Bien s’exprimer à l’oral est une compétence multiplicatrice.

Image de plantes qui poussent

Pour se mettre en valeur professionnellement, il ne suffit pas d’oser prendre la parole. Il faut aussi savoir bien le faire. Si notre Jules s’était exprimé de manière confuse devant son chef, en bredouillant des propos incompréhensibles, est-ce que celui-ci l’aurait vraiment félicité ?

Bien parler en public et s’exprimer à l’oral est quelque chose qui s’apprend. C’est pour cela que je parle de compétence et non pas de don ou de talent. Et parmi toutes les compétences, elle remporte une double mise car il s’agit d’une compétence multiplicatrice.

Qu’est-ce qu’une compétence multiplicatrice ? (traduit de l’anglais : multiplier skill)

C’est une compétence qui multiplie la valeur de vos compétences existantes. Savoir prendre la parole en public n’est pas seulement une compétence qui s’additionne à ce que vous savez déjà faire. C’est une compétence qui va multiplier la valeur perçue de toutes vos autres compétences.

Un exemple très simple pour le comprendre : deux candidats à un job qui ont un CV et des compétences égales. L’un bafouille en entretien, l’autre met en valeur ses qualités avec confiance et aisance. Lequel aura le plus de valeur perçue ? 

Vous connaissez la réponse.

Parmi les autres compétences multiplicatrices, on trouve aussi l’art de bien écrire ou l’art de bien s’habiller. Entre un mail rempli de fautes et un autre écrit dans une grammaire correcte, entre une tenue négligée et un style vestimentaire élégant, la valeur perçue de votre professionnalisme en sera impactée. 

Apprendre à parler en public est donc un investissement. 

Vous acquérez une nouvelle compétence qui elle-même portera ses fruits et accordera un bonus de valeur perçue à toutes vos compétences actuelles et à venir.

3) Pour se mettre en valeur professionnellement : “L’habit ne fait pas le moine mais il ouvre les portes du monastère”.

Porte fermée

Je comprends ceux qui déplorent que nous accordions tant d’importance à la forme et aux apparences. Et aussi ceux qui ne supportent pas les “m’as-tu-vu” et autres narcissiques en entreprise qui ramènent toujours la couverture à eux. L’objectif n’est pas de tomber dans ces caricatures superficielles.

Victor Hugo disait :

“La forme, c’est le fond qui remonte à la surface.” 

On est d’accord : bien parler en public ne doit pas combler un manque de compétences – qui finit tôt ou tard par se découvrir – mais valoriser vos talents réels et vos idées existantes, de manière positive.

Si vous rechignez à accorder de l’importance à ces petites choses, sachez que si l’habit ne fait pas le moine, il ouvre au moins les portes du monastère. Il ne faut pas que le ressentiment ou la méfiance envers les beaux-parleurs vous empêche de vous valoriser ou de décrocher les opportunités que vous méritez. En réalité, il ne s’agit pas d’eux mais plutôt de vous.

Un jour, une DRH nouvellement promue m’a expliqué que ses supérieurs avaient hésité à lui donner le poste car ils craignaient qu’elle n’ait pas les épaules pour mener des réunions avec les équipes et prendre la parole en public.

Un consultant que j’accompagne m’a également avoué avoir refusé à contre-coeur un bon candidat dans leur entreprise car il n’avait pas les codes à l’oral et ne présentait pas assez bien devant le client.

Toutes ces situations sont extrêmement dommageables, à la fois pour vous mais aussi pour la société qui perd un talent.

En résumé

Bien s’exprimer à l’oral est nécessaire pour se mettre en valeur professionnellement et vous ouvrir les portes que vous souhaitez. 

Elle vous apporte la visibilité, la légitimité et l’opportunité. 

Mais plus que ça, j’ai constaté qu’apprendre cette compétence apportait aussi aux individus plus de confiance en soi, d’assurance et d’estime d’eux-mêmes. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de s’y mettre !

A suivre : Comment peut-on apprendre à parler en public ?

*L’histoire de Clara est une histoire vraie racontée dans le podcast “Les règles du Jeu” de Clara Moley.

Si vous voulez en savoir plus sur les cours de prise de parole en public proposés par Ad Maiora, vous pouvez essayer un premier cours gratuitement, consulter ma pédagogie et me contacter directement.

Comment choisir entre des cours de théâtre ou de prise de parole en public ?

Comment choisir entre des cours de théâtre ou de prise de parole en public ?

Vous rencontrez des difficultés à vous exprimer avec facilité devant un groupe ? 

Vous aimeriez vaincre votre timidité, prendre confiance en vous et oser affronter le regard des autres ? 

Votre hésitez entre prendre des cours de théâtre ou de prise de parole en public pour vous améliorer ? 

Je rencontre souvent cette situation avec mes élèves. Certains ont tenté des cours de théâtre dans le passé qui ne leur ont rien apporté. D’autres prennent des cours de théâtre à côté de mes cours de prise de parole en public en complémentarité

Moi-même, j’ai testé plusieurs cours de théâtre et d’art oratoire pour me former. 

Et face à l’immensité d’offres qui existent, c’est parfois difficile de s’y retrouver et de comprendre quelle est la différence.

Si vous vous posez ces questions, alors cet article est pour vous. Je vous exprime mon opinion sur la différence entre les deux.

Ce que vous apportent les cours de théâtre

S’évader en incarnant un personnage

Ce que j’aime en particulier dans le théâtre, c’est la possibilité d’incarner et de travailler un personnage, de rentrer dans sa vie, dans sa psychologie et de rechercher une forme de justesse dans le jeu.

Cela permet d’explorer des situations et des émotions qu’on aurait pas l’occasion d’expérimenter comme tel dans la vie réelle. 

Cela permet aussi d’oser le jeu et de sortir de sa zone de confort face aux autres. C’est pour cela que le théâtre est souvent conseillé aux personnes timides et à celles qui veulent explorer les émotions.

Travailler sa diction par le texte

Cela dépend des cours de théâtre mais il y a généralement un moment où vous commencez par toucher au texte.

Ce sont parfois de grands textes d’oeuvres connues. Les apprendre permet de travailler votre mémoire, votre diction et votre élocution, vous force à porter la voix.

Cultiver la présence par le corps

Sur scène, la présence d’un acteur doit se ressentir. Les cours de théâtre vous amènent à travailler sur cet aspect, par les jeux de regards, de posture et de déplacement dans l’espace.

Les échauffements commencent toujours par un réveil du corps : étirement, détente musculaire, mouvements dans la pièce.

Apprendre à lâcher-prise avec les cours d’improvisation

Le théâtre d’improvisation est une partie du théâtre où vous n’apprenez pas de texte… vous improvisez les scènes.

On vous annonce le thème très peu de temps à l’avance (par exemple : “vous êtes dans un ascenseur qui tombe en panne) et vous devez inventer, avec les autres, votre personnage et ce qui se passe.

Au début très déstabilisant, on se prend rapidement au jeu et on apprend à développer sa créativité, son imagination et sa spontanéité… comme un retour en enfance !

Ce que vous apprennent les cours de prise de parole en public

Etre à l’aise pour incarner sa propre personne

Dans les cours de prise de parole en public, vous ne jouez pas un personnage comme au théâtre mais vous incarnez votre propre personne.

C’est souvent cela qui est le plus difficile : assumer pleinement qui on est sans porter de masque, avoir une parole sincère et authentique, se confronter réellement au regard des autres.

Porter ses idées

Dans les cours de prise de parole en public, vous ne déclamez pas un texte comme au théâtre mais vous créez le texte.

C’est vous qui êtes l’auteur de votre propre discours, qui portez vos idées et les messages que vous voulez transmettre au monde. Et les cours de prise de parole en public vous aident justement à structurer ces idées pour qu’elles aient plus d’impact.

Prendre la parole comme dans la vie de tous les jours

Dans les cours de prise de parole en public, vous ne jouez pas une scène fictive comme au théâtre mais vous vous entraînez dans des situations concrètes que vous pourriez rencontrer dans la vie réelle.

Dans les ateliers proposés par Ad Maiora, vous pouvez vous confronter à plusieurs situations réalistes : improviser une réponse à une question qu’on vous pose à une soirée entre amis, faire un discours pour vous présenter à des inconnus, débattre sur un sujet de société et défendre vos opinions.

Une approche pluri-disciplinaire

Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que les outils du théâtre sont utilisés dans les cours de prise de parole en public pour vous faire travailler sur votre corps : regard, posture, gestuelle, déplacements dans l’espace.

C’est pour cela que des écoles de théâtre proposent en complément des cours de prise de parole en public car il leur suffit de réutiliser les mêmes outils en les adaptant.

De même, vous trouverez des professionnels venant de d’autres disciplines comme le chant qui vous proposeront des cours de prise de parole en public car les techniques vocales sont utiles également pour mieux s’exprimer à l’oral.

Dans les ateliers d’Ad Maiora, j’utilise des outils du théâtre et du chant mais aussi de la rhétorique, de la psychologie humaine, de la littérature… car toutes ces disciplines apportent des outils pour vous apprendre à mieux vous exprimer à l’oral et faire passer vos idées.

En conclusion

Cours de théâtre Cours de prise de parole en public
  • S’évader, incarner des personnages et explorer des émotions et des situations qu’on aurait pas connues autrement
  • Apprendre des grands textes du théâtre, travailler sa voix et sa diction
  • Travailler sur son corps, son regard, sa présence dans l’espace, les mouvements…
  • Lâcher-prise, ne plus avoir peur du ridicule, libérer son imagination avec les cours d’improvisation en particulier
  • Une approche plus puriste et artistique
  • Travailler son authenticité en incarnant sa propre personne, dans des situations concrètes de la vie quotidienne (se présenter, s’affirmer, argumenter…)
  • Porter sa parole et ses propres idées, apprendre à les structurer pour inspirer et convaincre un public
  • Travailler sur son langage corporel, sa gestuelle, sa voix… grâce aux outils du théâtre et du chant
  • Se confronter au regard des autres, dépasser sa peur de parler devant un groupe pour prendre du plaisir à parler en public
  • Une approche multidisciplinaire et orientée vers le pratico-pratique

Finalement, tout dépend de votre objectif et de ce que vous recherchez.

Bien entendu, cette comparaison est généraliste. Elle ne rentre pas dans les détails des différents cours de théâtre qui existent, de leurs formats, de leur pédagogie… ni même dans les détails des autres cours de prise de parole en public sur la place.

C’est maintenant à vous d’aller plus loin en explorant les sites internet des organismes qui proposent ces cours, de tester et de vous faire votre propre opinion sur ce qui répond le plus à vos besoins.

Si vous voulez en savoir plus sur les cours de prise de parole en public proposés par Ad Maiora, vous pouvez essayer un premier cours gratuitement, consulter ma pédagogie et me contacter directement.

Comment vulgariser son expertise

Comment vulgariser son expertise

Parfois, nous devons prendre la parole pour expliquer à un client un sujet compliqué qui le concerne. Ou encore, nous avons un métier difficile à comprendre et nous devons l’expliquer de manière simple.

Ce n’est pas facile à faire car nous sommes tellement habitués à être plongé dans notre environnement quotidien que nous ne savons plus comment expliquer les choses sans utiliser un vocabulaire que seuls les initiés peuvent comprendre.

Cela peut engendrer des problèmes comme des conflits, des personnes qui ne comprennent pas vraiment ce que vous conseillez ou la valeur de ce que vous proposez.

Imaginez un médecin qui fait un diagnostic sans correctement expliquer à son patient la nature de son problème et comment le traitement va pouvoir le guérir. Dans certains cas, le patient fera confiance à son médecin et exécutera le traitement sans poser de questions. Mais parfois, il ne prendra pas correctement son traitement en pensant que ce n’est pas grave ou encore se mettra à douter des préconisations du médecin.

Le principal avantage d’être pédagogue est double : créer de la confiance avec votre interlocuteur et s’assurer qu’il comprendra et suivra ce que vous dites.

Voici quelques astuces pour vous aider à “vulgariser votre sujet”.

Démontrer visuellement

Utiliser des images et des supports visuels aide beaucoup à se faire comprendre. Une image vaut mille mots. Plutôt que de décrire les choses de manière abstraite et compliquée, essayez de le représenter directement pour que votre interlocuteur puisse le voir dans son esprit.

Traditionnellement, les gens utilisent du papier pour dessiner ou un PowerPoint. Mais si vous êtes dans une situation où vous n’avez pas de support avec vous, vous avez d’autres solutions :

Faire des comparaisons 

L’outil de la comparaison est très puissant si vous réussissez à trouver les bonnes associations d’idées.

Pour cela, plus vous connaissez votre public et plus vous pourrez utiliser des exemples qui lui parlent. Ainsi, le sujet compliqué que vous lui expliquez devient tout d’un coup très familier car il peut le comparer à une situation qu’il connaît.

Par exemple, je compare la prise de parole en public sans préparation à l’expérience de se jeter à l’eau sans savoir nager : on est stressé, on se débat dans tous les sens, notre corps se met à faire n’importe quoi et quand on arrive plus ou moins à se débrouiller pour rester à la surface, on a juste vécu une mauvaise expérience sans forcément savoir comment s’améliorer. Alors que si vous avez pris auparavant des cours de natation, vous pouvez vous jeter à l’eau en étant beaucoup plus serein et dans le contrôle de ce que vous faites. Le but de cette comparaison est de faire comprendre l’importance de se former et de se préparer.

Utilisez des comparaisons pour montrer des ordres de grandeur. Parler en millions d’euros ou en centaines de km² n’évoque rien pour votre public si vous ne le comparez pas avec une autre dimension qu’il connaît bien.

Exemples :

  • “Le management de transition, c’est comme de l’intérim de luxe”
  • “Singapour fait 7 fois la taille de Paris”
  • “Avec ma voiture, j’ai fait l’équivalent de trois fois le tour de la terre”

Parfois, les comparaisons permettent aussi de personnifier les objets pour leur donner vie, par exemple comparer un globule blanc à un pompier qui vient éteindre le feu.

Pour mieux comprendre ce processus, regardez les vidéos de vulgarisation des doctorants qui pitchent leur thèse en 180 secondes :

Parler à des inconnus

Dernier conseil : parlez à des inconnus qui n’y connaissent rien à ce que vous faites.

Entraînez-vous à expliquer votre métier à votre grand-mère ou à votre neveu de 8 ans.

Vous pourrez ainsi tester votre discours et les comparaisons que vous avez choisies pour voir si cela fonctionne.

Vous aurez des feedbacks intéressants qui vous permettront de réaliser ce qui est compréhensible et ce qui ne l’est pas pour mieux communiquer !

Trois conseils pour mieux négocier

Trois conseils pour mieux négocier

Nous sommes tous des négociateurs. Que ce soit pour négocier une augmentation de salaire, l’achat d’un appartement ou encore qui fera les corvées à la maison, nous sommes tous confrontés à des situations de négociation dans la vie quotidienne comme dans la vie professionnelle.

Mais on est tous d’accord pour dire que négocier, ce n’est pas facile. Personne ne veut se faire plumer comme un pigeon et en même temps, le but n’est pas non plus d’écraser l’autre pour obtenir à tout prix ce que l’on veut. L’idéal dans une négociation réussie, c’est d’aboutir à un accord gagnant-gagnant.

Bonne nouvelle : comme prendre la parole en public, négocier est une compétence qui s’apprend ! Voici 3 conseils pour débuter et réussir vos négociations :

Conseil n°1 : négociez sur les intérêts et pas sur les positions

“Je ne cèderai pas. Si tu veux partir en vacances avec moi, ce sera en Grèce !”. Voici un exemple de position. On souhaite défendre à tout prix son idée.

Le problème des négociations sur les positions, c’est que plus on défend sa position et plus on s’y attache. Cela devient une histoire d’égo où chaque partie attend que l’autre lui donne raison ou cède à sa volonté.

Il y a plusieurs problèmes au fait de négocier sur des positions :

  • cela provoque de la rancoeur, du ressentiment et contribue à détériorer des relations
  • cela retarde la conclusion d’un accord, puisque le centre de la discussion est focalisée sur les positions, souvent extrêmes au début pour anticiper de futures concessions, et non pas sur les intérêts qui les sous-tendent

Les intérêts, ce sont les raisons qui expliquent les positions. Et quand on commence à s’intéresser à pourquoi telle personne veut telle chose, on finit par comprendre que la solution à ses problèmes n’est peut-être pas forcément ce qu’elle demande, mais autre chose que vous pouvez lui donner ! Et là, un accord créatif peut être possible.

Conseil n°2 : Elargissez l’éventail de solutions

Plutôt que de négocier entre “soit A, soit B”, et après avoir compris les intérêts réels qui justifient A et B, vous pouvez alors explorer le champ des possibles.

Si la raison pour laquelle votre amie souhaite partir en Grèce, c’est peut-être qu’elle veut aller dans un endroit où il fait chaud et près de la mer. Si on prend en compte ces critères, alors un éventail de destinations alternatives pourraient peut-être la satisfaire !

Si le vendeur de l’appareil photo que vous convoitez ne veut pas vendre le boîtier séparé de l’objectif, c’est peut-être parce qu’il a peur de ne pas réussir à vendre les pièces détachées. Mais si vous connaissez un ami qui serait prêt à acheter juste le boîtier, alors vous avez une opportunité de deal gagnant-gagnant !

En résumé : posez des questions ouvertes, intéressez-vous le plus possible à votre interlocuteur, collectez des informations. C’est par ce moyen que vous pourrez alors repousser les limites du jeu pour élargir la taille du gâteau au lieu d’essayer de le partager.

Conseil n°3 : Utilisez des critères objectifs

Demandez des critères objectifs quand vous négociez. Par exemple, si vous souhaitez acheter un appartement et qu’on vous propose un prix, celui-ci doit être justifié par des critères objectifs comme la localisation, la surface, l’ancienneté du logement, les travaux récents qui ont été faits etc. Si vous avez fait un petit benchmark, cela vous donne beaucoup d’arguments pour négocier le prix.

Si une proposition ne vous convient pas, car elle vous paraît arbitraire, questionnez votre interlocuteur pour lui demander sur quels critères il se base, s’il y a une grille tarifaire, combien les autres prestataires comme vous sont payés, etc.

En résumé : une bonne négociation est une négociation qui se prépare ! Plus vous aurez travaillé votre argumentaire, vos références, plus vous pourrez vous reposer sur des critères objectifs qui dépassionnent aussi la négociation.

A vous de jouer !

Comment se présenter de manière originale ?

Comment se présenter de manière originale ?

Pourquoi se présenter de manière originale ?

On souhaite se présenter de manière originale pour faire la différence, être (re)connu(e) pour ce qu’on est, être capable de parler de soi. Et pourtant, peu d’entre nous osent vraiment le faire. Nous finissons toujours par nous présenter de manière banale pour rester conforme et ne pas prendre de risque social.

Il y a pourtant trois intérêts de travailler sa présentation personnelle :

Travailler son rapport à soi

La façon dont on se présente aux autres est un discours qu’on porte sur soi-même.

Si vous vous présentez comme quelqu’un d’inintéressant, vous renforcez une opinion de vous-même. L’opinion que, de toute façon, vous n’avez rien à dire.

A l’inverse, travailler sa présentation personnelle, c’est se poser des questions sur son identité :

Qui suis-je, au fond ? Est-ce que je m’identifie plutôt à mon job, à mes origines, à ma relation par rapport à autrui… ? Et dans ce contexte particulier, face à cette personne, quel élément de mon identité j’aimerais mettre en valeur ?

Travailler son rapport à l’autre

Oser se présenter tel qu’on le souhiate est une manière de s’affirmer, de se positionner et de permettre à l’autre de se positionner en retour.

Par exemple, se présenter dans son entreprise comme un “Directeur” installe un positionnement hiérarchique. Se présenter à une soirée comme “le meilleur ami de…” installe un degré de proximité. Se présenter comme “féministe” ou “écologiste” installe un positionnement idéologique. Nos relations avec les gens sont influencées par la façon dont on se présente et pourraient parfois changer complètement si on s’était présenté différemment !

Déclencher des opportunités

Se présenter de manière originale peut parfois être un exercice stratégique. En entretien d’embauche, l’enjeu est de faire la différence parmi les autres candidats. En soirée réseautage, l’enjeu est d’intéresser l’autre pour déclencher une conversation. En soirée entre amis, l’enjeu peut parfois être de s’intégrer ou de séduire une personne qui fait partie du groupe.

Si vous savez vous mettre en valeur, donner une information pertinente sur vous qui retiendra l’attention, vous ferez partie de ceux à qui on pensera.

Ne risque-t-on pas de perdre sa spontanéité et son authenticité ?

Tout dépend du contexte.

Si vous avez un objectif ou un enjeu derrière votre présentation personnelle (par exemple : entretien d’embauche, rendez-vous avec des potentiels partenaires), il est primordial de la travailler pour vous donner toutes les chances de faire bonne impression.

Attention, se présenter de manière originale ne consiste pas à mentir sur vous-même, de vous faire passer pour une autre personne ou d’exagérer les choses. Il s’agit tout simplement de donner les informations pertinentes qui vous permettront de créer une relation ou une discussion.

On a parfois que 2 minutes pour intéresser une personne. Pensez à toutes les occasions ou les rencontres que vous avez peut-être manquées parce que vous avez juste dit “je m’appelle Henri et j’ai 32 ans”… ce qui n’a probablement pas du tout inspiré la personne en face de vous.

Cela ne vous rend pas moins authentique, au contraire, cela vous permet de créer l’occasion de l’être, en faisant comprendre à la personne que ça vaut le coup de vous connaître et de vous écouter.

La présentation personnelle est comme un “signal” que vous envoyez aux gens. De cette manière, vous pourrez attirer à vous les personnes qui s’identifient à vos centres d’intérêts ou à vos problématiques sans avoir à aller vers elles. Plutôt pratique non ?

Nous avons tous envie d’attirer les bonnes personnes, celles qui nous correspondent, celles avec qui on se sentira épanoui·e, alors autant se signaler aux autres plutôt que de rester caché derrière une façade ennuyeuse, protectrice – certes – mais isolante aussi.

Signal de fumée

Cinq astuces pour se présenter de manière originale

 

Astuce 1 : donnez une information insolite et pertinente sur vous

La manière la plus simple pour se présenter de manière originale sans prendre trop de risque est de vous présenter de manière conventionnelle en rajoutant une information insolite et pertinente.

  • insolite : qui change de l’habituel, inattendu, surprenant
  • pertinente : qui est en lien avec le contexte, la raison pour laquelle vous êtes là, ce que vous faites dans vie…

Par exemple, cela ne sert à rien de dire : “Je m’appelle Agathe, je suis formatrice en prise de parole en public et je porte toujours des chaussettes rouges“. On a une information insolite, certes, mais qui n’est pas pertinente.

Par contre, on peut dire : “Je m’appelle Agathe, je suis formatrice en prise de parole en public et ça ne se voit peut-être pas, mais je suis une ancienne timide !

 

Astuce 2 : Remplacez le titre de votre job par une phrase

Lors d’un événement networking ou une soirée, nous n’avons souvent que 30 secondes pour nous présenter.

La plupart des personnes se présentent à travers leur métier. Il y a plusieurs inconvénients :

  1. c’est extrêmement réducteur
  2. le titre d’un job est souvent incompréhensible pour ceux qui ne sont pas dans ce domaine (encore pire aujourd’hui avec tous les anglicismes qu’on utilise)
  3. ce que retient l’autre est parfois un préjugé par rapport à votre métier qui vous range dans une case dans laquelle vous ne souhaitez pas forcément être

Pour vous présenter de manière plus originale, essayez de présenter votre métier sous la forme d’une phrase.

Par exemple, au lieu de dire : “Bonjour, je m’appelle Agathe et je suis formatrice en prise de parole en public”.

Dites plutôt : “Bonjour, je m’appelle Agathe et j’aide les personnes à être plus à l’aise et convaincants à l’oral.”

Remplacer votre métier par une phrase a plusieurs avantages :

  1. il permet d’être plus compréhensible pour le commun des mortels et de vulgariser votre métier
  2. il permet d’intriguer, de créer de la curiosité qui va déclencher une question : “ah bon ? je ne savais pas que ça existait comme métier. Et tu fais comment exactement ?”
  3. il permet de donner du sens à ce que vous faites.

Parenthèse : L’art de donner du sens

De manière générale, donner du sens à ce qu’on fait est ce qui permet d’être plus intéressant, inspirant ou impactant à l’oral.

Simon Sinek, dans son fameux livre “Start with Why”, explique que la plupart des personnes communiquent à l’envers. Elles disent ce qu’elles font (WHAT), comment elles le font (HOW) mais rarement pourquoi elles le font (WHY).

Or le plus important est la réponse à ce fameux “pourquoi ?”. Pourquoi vous vous levez le matin ? Qu’est-ce qui vous motive dans la vie ?

Les grands leaders, ceux qui inspirent et incitent à l’action sont ceux qui communiquent fondamentalement sur le POURQUOI :

Astuce 3 : utilisez le storytelling

Le storytelling en anglais, c’est l’art de raconter une histoire.

Si vous avez un peu plus de temps pour vous présenter, par exemple 2 min, vous pouvez vous présenter de manière originale en racontant une petite histoire.

Raconter une histoire a deux avantages :

Etre plus mémorable

Il est plus facile pour une personne de se souvenir d’une histoire logique que d’une liste d’informations déconnectées entre elles.

Evitez de vous présenter sous la forme d’une liste de courses : “Je m’appelle Henri, j’ai 32 ans, deux enfants, je suis directeur d’une agence de voyage, je suis originaire de Bretagne mais j’habite à Nanterre, j’adore jouer de la guitare et j’ai un chien“.

Au contraire, plutôt que d’essayer de TOUT dire sur vous-même, choisissez un thème, une facette de votre identité, sur laquelle construire une histoire.

Par exemple : “Je m’appelle Henri, je viens de Bretagne. J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence au bord de la mer à faire de la voile avec mon père. C’est peut-être ce qui m’a donné le goût du grand air, du voyage et de l’aventure. Quand j’ai dû partir à Paris pour faire mes études, le voyage m’a énormément manqué. Pas de mer ou de grands espaces à proximité. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, je me rattrappe en dirigeant une agence de voyages. Comme j’adore voyager, je trouve un certain sens à aider d’autres personnes à s’évader. Je suis passionné par ce que je fais, je reviens souvent en Bretagne et je voyage aussi beaucoup à côté. Dernièrement j’ai été en Australie, en Norvège et là je prépare mon prochain voyage au Brésil.

Dans cet exemple, on comprend que le thème central est celui du voyage et ça suffit pour qu’on se souvienne de vous. Personne n’a besoin de connaître toute votre vie dans les 2 premières minutes d’une rencontre

Se présenter comme une personne en évolution

Dans une histoire, vous pouvez parler de de votre passé, de votre présent et de votre futur. Cela permet de vous présenter comme une personne plus complète, qui a une histoire, qui a évolué dans le temps et qui continue d’évoluer.

Votre identité n’est pas figée. Vous n’êtes pas réduit à une case ou à une étiquette. Ce qui est souvent intéressant chez une personne, ce qu’on cherche à savoir sur elle, c’est : d’où elle vient, qu’est-ce qui l’anime aujourd’hui et où elle souhaite aller demain. C’est beaucoup plus intéressant et excitant !

Astuce 4 : soyez précis

Quand vous racontez une histoire ou quand vous parlez de vos centres d’intérêt, soyez le plus précis possible. Plus vous êtes vague, abstrait et général, et plus vous êtes banal.

Par exemple, au lieu de dire : “J’adore voyager“, dites plutôt : “J’adore voyager dans des endroits complètements dépaysants comme l’Inde, la Mongolie ou la Colombie. Ce qui m’intéresse dans le voyage, c’est la déconnexion avec le quotidien et la découverte de cultures fondamentalement différentes de la mienne“.

Au lieu de dire : “J‘adore le cinéma“, dites plutôt : “J’adore les films italiens des années 50“. Au lieu de dire : “J‘aime écouter de la musique“, dites plutôt “J’adore le rock alternatif et mon groupe préféré est Muse“.

Tout le monde adore voyager et aller au cinéma, ce qui est plutôt consensuel… par contre vous vous différencierez vraiment des autres en spécifiant vos goûts et en étant précis à propos d’eux.

 

Astuce 5 : enfoncez les portes ouvertes

Pion qui se démarque

Cette astuce est particulièrement valable si vous savez que vous êtes une personne différente et que ça se voit. Par exemple : vous êtes le seul garçon du groupe, vous avez un accent étranger, vous êtes très petit ou très grand, vous avez un nom de famille improbable…

Au lieu d’essayer de le cacher, ce qui est inutile puisque tout le monde le remarquera, pourquoi ne pas en tirer parti en enfonçant les portes-ouvertes ? Ce que vous percevez comme un désavantage, un défaut qui vous écarte des autres, peut devenir votre facteur différenciant !

Par exemple : “Comme vous l’entendez, j’ai un petit accent. Je viens des Etats-Unis. J’ai appris le Français pendant mes études là-bas, je suis mariée à un Français et je suis venue aujourd’hui pour suivre mon conjoint. Ma famille avait très peur que je vienne ici parce qu’ils croyaient que c’était la révolution. J’ai dû passer beaucoup de temps à leur expliquer que faire la grève en France était tout à fait normal !

Les autres apprécieront votre capacité à mettre en avant votre vulnérabilité et cela vous permettra aussi d’être instantanément plus à l’aise au sein du groupe.

Variante

A partir de cette astuce, vous pouvez aussi vous présenter sous l’angle d’un de vos défauts, qui peut être physique mais aussi être un trait de personnalité.

Par exemple : “Je suis celui qui est arrivé en retard et c’est un de mes plus gros défauts. D’ailleurs je tenais à m’excuser. Depuis que je suis tout petit, j’arrive en retard… Pour tout vous dire, ça a commencé à la naissance. Je suis né au bout de 10 mois si bien que tout le personnel médical se demandait si j’allais être normal. A l’école, j’étais toujours le dernier. En sport, pareil. Mais je me rassure en me disant que si ça continue, c’est aussi moi qui mourrai le dernier !

Comme vous le voyez, on frise la caricature et il faut être particulièrement à l’aise avec soi-même pour oser faire une présentation humoristique. Il faut aussi bien maîtriser les ressorts de l’humour pour faire rire les autres. Mais c’est typiquement un des stratagèmes qu’utilisent ceux qui font des one-man shows pour parler d’eux et attirer l’empathie du public. Après ce genre de présentation : vous serez à coup sûr inoubliable !

 

Si vous voulez en savoir plus sur les cours de prise de parole en public proposés par Ad Maiora, vous pouvez essayer un premier cours gratuitement, consulter ma pédagogie et me contacter directement.

Téléchargez le guide !

Conseils et techniques pour gérer votre stress en prise de parole en public.

You have Successfully Subscribed!