Parfois, nous devons prendre la parole pour expliquer à un client un sujet compliqué qui le concerne. Ou encore, nous avons un métier difficile à comprendre et nous devons l’expliquer de manière simple.

Ce n’est pas facile à faire car nous sommes tellement habitués à être plongé dans notre environnement quotidien que nous ne savons plus comment expliquer les choses sans utiliser un vocabulaire que seuls les initiés peuvent comprendre.

Cela peut engendrer des problèmes comme des conflits, des personnes qui ne comprennent pas vraiment ce que vous conseillez ou la valeur de ce que vous proposez.

Imaginez un médecin qui fait un diagnostic sans correctement expliquer à son patient la nature de son problème et comment le traitement va pouvoir le guérir. Dans certains cas, le patient fera confiance à son médecin et exécutera le traitement sans poser de questions. Mais parfois, il ne prendra pas correctement son traitement en pensant que ce n’est pas grave ou encore se mettra à douter des préconisations du médecin.

Le principal avantage d’être pédagogue est double : créer de la confiance avec votre interlocuteur et s’assurer qu’il comprendra et suivra ce que vous dites.

Voici quelques astuces pour vous aider à “vulgariser votre sujet”.

Démontrer visuellement

Utiliser des images et des supports visuels aide beaucoup à se faire comprendre. Une image vaut mille mots. Plutôt que de décrire les choses de manière abstraite et compliquée, essayez de le représenter directement pour que votre interlocuteur puisse le voir dans son esprit.

Traditionnellement, les gens utilisent du papier pour dessiner ou un PowerPoint. Mais si vous êtes dans une situation où vous n’avez pas de support avec vous, vous avez d’autres solutions :

Faire des comparaisons 

L’outil de la comparaison est très puissant si vous réussissez à trouver les bonnes associations d’idées.

Pour cela, plus vous connaissez votre public et plus vous pourrez utiliser des exemples qui lui parlent. Ainsi, le sujet compliqué que vous lui expliquez devient tout d’un coup très familier car il peut le comparer à une situation qu’il connaît.

Par exemple, je compare la prise de parole en public sans préparation à l’expérience de se jeter à l’eau sans savoir nager : on est stressé, on se débat dans tous les sens, notre corps se met à faire n’importe quoi et quand on arrive plus ou moins à se débrouiller pour rester à la surface, on a juste vécu une mauvaise expérience sans forcément savoir comment s’améliorer. Alors que si vous avez pris auparavant des cours de natation, vous pouvez vous jeter à l’eau en étant beaucoup plus serein et dans le contrôle de ce que vous faites. Le but de cette comparaison est de faire comprendre l’importance de se former et de se préparer.

Utilisez des comparaisons pour montrer des ordres de grandeur. Parler en millions d’euros ou en centaines de km² n’évoque rien pour votre public si vous ne le comparez pas avec une autre dimension qu’il connaît bien.

Exemples :

  • “Le management de transition, c’est comme de l’intérim de luxe”
  • “Singapour fait 7 fois la taille de Paris”
  • “Avec ma voiture, j’ai fait l’équivalent de trois fois le tour de la terre”

Parfois, les comparaisons permettent aussi de personnifier les objets pour leur donner vie, par exemple comparer un globule blanc à un pompier qui vient éteindre le feu.

Pour mieux comprendre ce processus, regardez les vidéos de vulgarisation des doctorants qui pitchent leur thèse en 180 secondes :

Parler à des inconnus

Dernier conseil : parlez à des inconnus qui n’y connaissent rien à ce que vous faites.

Entraînez-vous à expliquer votre métier à votre grand-mère ou à votre neveu de 8 ans.

Vous pourrez ainsi tester votre discours et les comparaisons que vous avez choisies pour voir si cela fonctionne.

Vous aurez des feedbacks intéressants qui vous permettront de réaliser ce qui est compréhensible et ce qui ne l’est pas pour mieux communiquer !

Téléchargez le guide !

Conseils et techniques pour gérer votre stress en prise de parole en public.

You have Successfully Subscribed!